Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Système Bancaire, décryptage des évolutions digitales du monde bancaire

Système Bancaire, décryptage des évolutions digitales du monde bancaire

Analyses sur la digitalisation du système bancaire et les nouveaux modes de crédit. Le blog porte sa réflexion sur l'avenir des process et des modes d'organisations bancaires à l'époque du "tout digital".

Quelles solutions face à un blocage délibéré du crédit par le système bancaire ?

Avec les dérives de plus en plus répétées des acteurs du monde de la finance, de plus en plus de voix se sont élevées pour demander à ce que les activités bancaires soient scindées en deux parties : une banque de détail classique et une banque d'investissement indépendante et ne se servant pas dans les caisses de la banque de détail pour spéculer. Si une loi allant dans ce sens était votée demain, ce serait de toute évidence un coup dur pour les banques, celles-ci étant déjà habituées à ponctionner les comptes des épargnants pour pallier à d'éventuelles pertes boursières. En représailles, la banque pourrait réduire la distribution de crédits aux ménages et aux entreprises. Dans ce bras de fer entre les banques et l’État, ce sont les entreprises et les ménages qui subiraient de plein fouet la pénurie de crédits. Dans ces moments difficiles, l’État doit prendre les devants en assumant son interventionnisme au profit de ses entreprises et de ses citoyens.

 

 

Un organisme public de crédit tourné vers la création d'entreprises

Grâce au prêt bancaire, des milliers de nouvelles entreprises naissent chaque année. Il en résulte un grand nombre d'emplois crées et une participation dynamique à la croissance économique du pays. Bien qu'il soit difficilement concevable que les banques arrêtent de prêter, une forte augmentation des taux d'intérêt impliquerait en revanche une baisse de la demande en financement (ce qui reviendrait à la même situation). Dans ce cas de figure, seul l'État est en mesure de riposter. Pour aider les particuliers et les entreprises à faire face à cette hypothétique conjoncture, les pouvoirs publics peuvent décider de mettre en place une banque d'État (de type La Banque Postale) prenant temporairement le relais dans la distribution de crédits. Les crédits couvriraient les besoins en amorçage, développement et R&D.

La mise en place d'une telle structure impliquerait un grand plan d'investissement public (et donc une approbation du Projet de loi de finances). Les Français pourraient être amenés à participer à ce projet en décidant d'allouer une part de leurs impôts à la création de cet organisme. Étant donné la part importante que prendra ce programme dans le budget de l’État, un travail de pédagogie devra être réalisé afin de faire comprendre aux français les enjeux réels que cela implique.

 

Favoriser et contrôler l'essor du crédit entre particuliers

Si les fonds publics ne sont pas suffisants, la piste du financement participatif pourrait être envisagée. Il est possible d'imaginer l'apparition d'un site public de prêt entre particuliers spécialisé en prêt personnel. Pour séduire ses utilisateurs, cette plate-forme devra être extrêmement performante d'un point de vue technologique, mais aussi très ergonomique et riche en contenus. Chaque prêt à la consommation sera proposé avec un TAEG fixe et abordable. Excepté le crédit immobilier, il sera possible pour les emprunteurs de souscrire à tout type de crédit (personnel ou à la consommation). Il pourrait même être référencé sur les sites comparatifs de prêt personnel tels que Lecreditrapide.fr.

Dans ce système, les investisseurs percevraient une rémunération pour le capital prêté au même titre qu'un placement financier ordinaire. Les créateurs d'entreprise pourraient eux aussi profiter du prêt entre particuliers dans le cadre d'un financement participatif. Pour l'entrepreneur, c'est une façon efficace et rapide d'obtenir un emprunt tout en contournant la voie bancaire traditionnelle. Pour attirer le plus grand nombre d'utilisateurs et barrer la route à la concurrence, le site devra proposer aux investisseurs toute une série d'avantages fiscaux afin de les inciter à s'inscrire. En se prévalant de la garantie d’État sur les sommes investies, la plate-forme saura se montrer rassurante et convaincante auprès des investisseurs.

 

Quels seraient les freins ?

Pour que le programme puisse aboutir, il est indispensable de nouer des accords en amont avec de solides sociétés d'assurance. Si aucune assurance de prêt ne peut-être proposée, un grand nombre d'emprunteurs se retrouveraient menacés en cas de défaut de remboursement. L’État ne pouvant pas lui-même garantir les sommes prêtées, il sera dans l'obligation d'attirer les compagnies privées d'assurance en leur conférant un statut privilégié.

L'objectif à terme est de replacer l'action bancaire au centre des échanges économiques réels par la démonstration qu'une banque est capable de faire des profits tout en ne négligeant pas les aspects humains et sociaux. L'action publique doit servir à amorcer un changement de paradigme dans le secteur bancaire par le biais de réformes d'une part, mais aussi grâce à de nouveaux instruments permettant un rééquilibrage lorsqu'il y a une dérive du système.

 

Sur le même thème :

Et si l’État se substituait aux banques pour la distribution de crédits ?

Que faire en cas de réduction de la production du crédit ?

Plaidoyer pour une remise à plat du système de crédit

Partager cet article

Repost 0